Actualités

Exposition de Beate Barblan au CEI1 dès le 1er février 2021 – « Fenêtres sur le monde d’après »

Exposition de Beate Barblan au CEI1 dès le 1er février 2021 – « Fenêtres sur le monde d’après »
Flyers Beate Barblan

En ces temps où la culture est totalement absente, Beat Barblan a choisi d’exposer ses récentes huiles et aquarelles au CEI1, du 1er février au 30 avril 2021. Pour rendre l’espace plus vivant (sans vernissage, ni finissage), elle s’est proposée de s’installer dans l’atrium du bâtiment avec son matériel pour peindre durant une journée par semaine sur place.

Beate Barblan

D’origine allemande, Beate Barblan vit, depuis 1973, en Suisse romande. Formée comme enseignante d’arts visuels à Berlin, ce n’est que quarante ans plus tard qu’elle est revenue à la peinture. C’est sa troisième exposition au CEI à Y-Parc, qui représente pour elle un espace particulièrement propice à des expositions de tableaux : « S’approcher des tableaux autant que s’éloigner pour une contemplation plus globale, cela peut se faire aisément, vu que l’espace est si vaste et lumineux qu’il ne demande qu’à être animé ! ».

« Dans cette période si particulière que nous traversons tous actuellement, et comme l’animation dans des espaces tel que celui-ci est considérablement réduite, alors m’est venue l’idée d’y emmener un peu de vie active, en m’y installant avec mon chevalet, pour travailler durant quelques demi-journées sur place. Cette idée va surtout dans le but de stimuler des artistes bien plus jeunes que moi pour les inviter à en faire autant, défendant ainsi leur art comme un travail méritant le droit d’exister et d’être reconnu en tant que tel. »

« Nourrie de musique en tant que pianiste amatrice, je cherche en peinture à exprimer surtout le rythme et le mouvement. Je commence souvent sans idée préalable à apposer les pigments d’aquarelle ou à l’huile miscible à l’eau sur la toile en grands gestes spontanés. Ce sont là des moments fascinants pour moi ; rien que de voir la fluidité et la luminosité des pigments envahir la surface de travail. Mon expression va du semi-figuratif avec parfois un penchant pour un symbolisme se déclinant jusqu’à l’abstrait.

Les pigments d’huile miscibles à l’eau me permettent de m’exprimer avec bien plus de spontanéité sur des toiles de grand format, soit en allant avec des gestes vifs et en apposant les pigments aussi dilués que ceux d’aquarelle, soit en y inscrivant les traits de mon écriture personnelle. Grâce à ces pigments ‘huile-eau’, ma façon de peindre est arrivée à un tournant inattendu, tout en préservant les techniques d’aquarelle traditionnelles que j’utilisais jusqu’ici.

« La culture doit vivre, car elle nous fait vivre »

Exposition Beate Barblan article la Région

La Région – 4 février 2021